Pique-Nique – Présentation

Pique-Nique est un organisme regroupant plusieurs artistes en art actuel. À travers divers événements et projets de diffusion, ils proposent des pratiques dites in situ depuis 2001. Telles un laboratoire, leurs activités favorisent l’intrusion spontanée de l’art en contexte public afin de réaffirmer le caractère social de l’espace commun. Imprévisibles, spontanés, inattendus et instables, leurs projets tendent à proposer « un regard amusé et acide sur le lieu à investir ».

Jason Arsenault, Patrick Bérubé, Guillaume La Brie, Mathieu Lacroix, Véronique Lépine, Thierry Marceau, Marie-Hélène Plante, Edouard Pretty, Janick Rousseau et Mathieu Valade en sont les membres. Plusieurs invités se joignent aussi régulièrement à eux lors des différents projets.

Site internet du collectif : http://www.pique-nique.org

Nos images de Pique-Nique sur Flickr: http://www.flickr.com/photos/85264217@N04/sets/72157632702053397/

L’image d’en-tête est l’installation Police et Paysage de Mathieu Valade dans le cadre du projet « Autant en emporte le vent » (2012). Crédits: Véronique Lépine, Julie Villeneuve et Yves Marceau

Artistes Pique-Nique

Les Ville-Laines – Présentation

Les Ville-Laines est un collectif de tricot-graffiti (pratique plus connue sous le nom de yarn bombing) formé en 2011 par cinq montréalaises. Leurs interventions spontanées et ludiques visent la réappropriation de l’espace urbain par une esthétique de la lenteur se rapprochant de l’artisanat traditionnellement féminin. Œuvrant dans un esprit de type guérilla, les Ville-Laines s’associent à des causes prônant la justice sociale et interrogent notre rapport à l’espace public. Une première exposition solo leur a été dédiée au Centre des textiles contemporains de Montréal au printemps 2013.

Pour découvrir le travail des Ville-Laines http://ville-laines.blogspot.ca/

Voir nos images des interventions des Villes-Laines sur Flickr http://www.flickr.com/photos/85264217@N04/sets/72157631823686384/

http://www.flickr.com/photos/85264217@N04/sets/72157633036017560/

Photographie d’une intervention réalisée à l’angle du boulevard Rosemont et de la rue Saint-Hubert au printemps 2013 et de Sans dessus des sous, 2013.

Les villes laines

Artistes Les Ville-Laines

Douglas Scholes – Présentation

Douglas Scholes, "Esthétique pragmatique à l'oeuvre en quatre temps", centre-ville de Granby, 2011.

Douglas Scholes, « Esthétique pragmatique à l’oeuvre en quatre temps », centre-ville de Granby, 2011.

Depuis un peu plus d’une dizaine d’années, l’artiste montréalais Douglas Scholes propose, par son travail sculptural et performatif, une réflexion critique sur la maintenance et l’entretien d’espaces publics urbains ou ruraux. Le travail in situ de l’artiste trouve l’une de ses constantes dans la répétition de certaines activités et motifs : nettoyage et entretien de divers terrains, moulage d’objets variés en cire d’abeille, construction de structures fragiles à partir de ceux-ci et performances centrées autour du maintien de ces structures, ou encore dissémination des objets dans certains lieux donnés. Son travail, diffusé internationalement, a entre autres été présenté chez Dare-Dare, au 3e Impérial et à la Galerie Verticale.

 

Artistes Douglas Scholes

Devora Neumark – Présentation

Devora Neumark est une artiste interdisciplinaire, membre de la faculté du programme de maîtrise en arts interdisciplinaires du Goddard College au Vermont et a récemment terminé le programme de PhD du Centre pour les études interdisciplinaires sur la société et la culture de l’Université Concordia. Son projet de recherche-création intitulé Radical Beauty for Troubled Times: the (un)making of home se penche sur le rôle que joue la beauté dans le processus de constitution d’un chez-soi après un déplacement forcé.

Elle réalise depuis les années 1990 des performances et des interventions interdisciplinaires en milieu urbain interrogeant les sphères publique et communautaire. Mettant l’accent sur la notion de processus, son travail se veut une remise en question des systèmes de représentation et de pouvoir, à travers les  transformations historiques, les rituels et la construction de la mémoire. Ses oeuvres se caractérisent par leur relation directe avec le public et leur insertion dans des communautés. Elle considère l’art public comme une intervention sociale.

Artistes Devora Neumark

ATSA – Présentation

L’Action Terroriste Socialement Acceptable (ATSA) est un organisme à but non lucratif fondé en 1998 par Annie Roy et Pierre Allard. Interdisciplinaires, leurs interventions font appel à de nombreux artistes et collectifs et se déclinent sous de multiples formes (installations, spectacles, théâtre, musique, expositions). Aucun sujet n’est tabou pour le duo qui s’emploie à  confronter de manière irrévérencieuse des causes sociales diverses, allant des changements climatiques à l’itinérance,  attirant parfois la controverse au passage. La série État d’Urgence (1998-2010), un « camp de réfugiés » destiné aux démunis mis en place au centre-ville de Montréal au début de l’hiver, demeure certainement leur action la plus marquante.

Pour en connaître davantage sur l’ATSA : http://www.atsa.qc.ca/

Pour en apprendre plus sur l’évènement faisant suite à État d’Urgence, Fin Novembre : https://artetsite.net/2014/02/10/fin-novembre/

Voir nos images des interventions de l’ATSA sur Flickr :
2013 : http://www.flickr.com/photos/art_inthecity/sets/72157638083340206/
2012 : http://www.flickr.com/photos/art_inthecity/sets/72157632056633869/
2010 : http://www.flickr.com/photos/art_inthecity/sets/72157625858041461/

*Image d’en-tête : Scène principale de Fin novembre 2013 – Dormir dehors, à la Place Émilie-Gamelin.

Dominique Blain, On ne naît pas dans la rue, État d'Urgence 2010, Place Émilie-Gamelin, Montréal

Dominique Blain, On ne naît pas dans la rue, État d’Urgence 2010, Place Émilie-Gamelin, Montréal

ATSA

Fin Novembre

Parvenu à sa troisième édition en 2013, Fin Novembre est un évènement organisé par L’Action Terroriste Socialement Acceptable (ATSA), qui a pour mandat de rapprocher les sans-abris du public par le bais d’activités interdisciplinaires, allant de l’installation artistique aux animations musicales, en passant par les actions bénévoles (gestion de dons de vêtements et offre gratuite de repas chauds). Fin Novembre remplace l’évènement de longue date État d’urgence (1999-2010), puisque la lourde logistique nécessaire pour l’organisation des activités d’envergure et l’interruption du financement fédéral ont obligé les fondateurs, Annie Roy et Pierre Allard, à éliminer un grand nombre de services offerts aux sans-abris lors des rencontres (dortoirs, massages, soins psychologiques, etc.). L’édition de 2011 porte sur l’importance de l’implication citoyenne, tandis que celle de 2012 insiste sur le 20ème anniversaire du parc Émilie-Gamelin où se tient à chaque année l’évènement. Cette édition cherche à mettre de l’avant une critique engagée de la conception de la place publique, notamment dans le cadre de La Soirée Rouge du 22 novembre 2012.

ATSA Projets urbains

Esthétique pragmatique à l’oeuvre en quatre temps

Dans le cadre d’une résidence au 3e impérial, centre d’artistes autogéré situé à Granby, Douglas Scholes a présenté le projet « Esthétique pragmatique à l’œuvre en quatre temps », par lequel il chercha à infiltrer la voirie municipale en oeuvrant dans la ville à la manière d’un employé des travaux publics. Affublé du fameux dossard orange des employés, il avait sa propre carte de temps et prenait ses pauses parmi les employés, dans le but de comprendre les motivations de la ville et des employés quant à la maintenance du territoire granbyen. Scholes, subtilement intégré dans le bassin d’employés de la ville, a ainsi fait quatre interventions sur le territoire de Granby, au rythme d’une intervention par saison. Deux de ces actions, présentées à l’été 2010 et au printemps 2011, étaient qualifiées de transitoires : lors de ces performances, l’artiste, armé d’une sélection d’objets coulés en cire, moulés à partir de déchets communément trouvés sur le bord des routes, se balada le long de la Route Principale. Au cours de cette marche, Scholes ramassa tous les déchets sur le bord de la route et déposa spontanément ses déchets de cire près de la route, remplaçant le déchet habituel par son simulacre biodégradable. L’adresse de son site web, gravée sur chacun des déchets, était pour l’artiste un incitatif public à la communication et à l’échange ; il souhaitait que les gens, intrigués par la démarche de Scholes ou par la présence de ces curieux objets jaunes-ocres, lui écrivent pour qu’il puisse répondre à leurs questions sur les visées de la résidence.

3e impérial Artistes Lieux de diffusion Projets urbains

Pique-Nique

Pique-Nique est un organisme regroupant plusieurs artistes en art actuel. À travers divers événements et projets de diffusion, ils proposent des pratiques dites in situ depuis 2001. Tel un laboratoire, leurs activités favorisent l’intrusion spontanée de l’art en contexte public afin de réaffirmer le caractère social de l’espace commun. Imprévisibles, spontanés, inattendus et instables, leurs projets tendent à proposer « un regard amusé et acide sur le lieu à investir ».

Jason Arsenault, Patrick Bérubé, Guillaume La Brie, Mathieu Lacroix, Véronique Lépine, Thierry Marceau, Marie-Hélène Plante, Edouard Pretty, Janick Rousseau et Mathieu Valade en sont les membres. Plusieurs invités se joignent aussi régulièrement à eux lors des différents projets.

http://www.pique-nique.org

Des images de Pique-Nique sur Flickr.

L’image d’en-tête est l’installation Police et Paysage de Mathieu Valade dans le cadre du projet « Autant en emporte le vent » (2012). Crédits: Véronique Lépine, Julie Villeneuve et Yves Marceau

Artistes

Les Ville-Laines

Les Ville-Laines est un collectif de tricot-graffiti (pratique plus connue sous le nom de yarn bombing) formé en 2011 par cinq montréalaises. Leurs interventions spontanées et ludiques visent la réappropriation de l’espace urbain par une esthétique prônant la lenteur et se rapprochant de l’artisanat traditionnellement féminin. Œuvrant dans un esprit de type guérilla, les Ville-Laines s’associent à des causes prônant la justice sociale et interrogent notre rapport à l’espace public. Une première exposition solo leur a été dédiée au Centre des textiles contemporains de Montréal au printemps 2013.

Pour découvrir le travail des Ville-Laines http://ville-laines.blogspot.ca/

Voir nos images des interventions des Villes-Laines sur Flickr http://www.flickr.com/photos/85264217@N04/sets/72157631823686384/

http://www.flickr.com/photos/85264217@N04/sets/72157633036017560/

Photographie d’une intervention réalisée à l’angle du boulevard Rosemont et de la rue Saint-Hubert au printemps 2013

Artistes

Devora Neumark – Présentation

Devora Neumark est une artiste interdisciplinaire, membre de la faculté du programme de maîtrise en arts interdisciplinaires du Goddard College au Vermont, et a récemment terminé le programme de PhD du Centre pour les études interdisciplinaires sur la société et la culture de l’Université Concordia. Son projet de recherche-création intitulé Radical Beauty for Troubled Times: the (un)making of home se penche sur le rôle que joue la beauté dans le processus de constitution d’un chez-soi après un déplacement forcé.

Elle réalise depuis les années 1990 des performances et des interventions interdisciplinaires en milieu urbain interrogeant les sphères publique et communautaire. Mettant l’accent sur la notion de processus, son travail se veut une remise en question des systèmes de représentation et de pouvoir, à travers les  transformations historiques, les rituels et la construction de la mémoire. Ses oeuvres se caractérisent par leur relation directe avec le public et leur insertion dans des communautés. Elle considère l’art public comme une intervention sociale.

Artistes Projets urbains