Eme3: Barcelone – Présentation


Eme3 est un organisme créé en 1999 qui, depuis 2009, organise des rencontres une fois par année. Le mandat principal d’Eme3 est de s’intéresser à diverses pratiques dans l’espace public liées aux domaines de l’architecture, de l’urbanisme, du design et de la pratique artistique (performance, art relationnel, photographie et intervention urbaine). L’intention principale d’Eme3 est d’allier et de diffuser ce qui se fait à l’avant-garde concernant l’espace public. Des laboratoires expérimentaux de construction, des colloques de réflexion et de discussion et des expositions sont ce qui forment les quatre jours du festival international d’architecture d’Eme3. L’organisme, basé à Barcelone, est composé d’un comité scientifique. Il fait également le pont entre les collectifs d’intervention urbaine espagnols, d’Amérique latine et du reste de l’Europe. Chaque édition du festival est suivie d’une publication qui est disponible en ligne.

*Image d’en-tête : Eme3, fotomontaje, 2013 (décoration)

Article sur l’édition 2013 « Eme3 : Topias, Utopias becoming real ».

Eme3: Barcelone Projets urbains
Retired City TECNOLOGICA, Pau Faus, 2013

Eme3 2013 : Topias, Utopias becoming real

par Myriam Barriault-Fortin

L’organisme Eme3 est créé en 1999 afin de répondre au besoin d’un espace pour les architectes, les urbanistes et les créateurs de divers domaines pour montrer leurs expérimentations et innovations. Le mandat d’Eme3 a changé depuis, mais il conserve un intérêt pour l’architecture. Ces dernières années, Eme3 s’intéresse à diverses pratiques et il offre un espace de réflexion à leur sujet. L’intention principale d’Eme3 est de joindre et diffuser ce qui se fait à l’avant-garde concernant l’espace public[1].

Eme3 est basé au Col·legi d’Arquitectes de Catalunya, à Barcelone. L’organisme est sous la direction de Javier Planas et il est composé d’un comité scientifique. Il est supporté financièrement par des fonds gouvernementaux (entre autres le Gobierno de España; Ministerio de Fomero, la Generalitat de Catalunya, le Departement de la cultura, Representaciones de Alemania en España) et des dons privés. Depuis 2009, les rencontres ont lieu une fois par année, mais l’organisme suit des projets, des collectifs et il produit de l’information tout au long de l’année. Ces rencontres durent quatre jours et sont des laboratoires expérimentaux mis en place afin de réfléchir à de nouvelles avenues en architecture, en urbanisme et en expression artistique. Chaque édition est suivie d’un catalogue qui est disponible en téléchargement libre sur leur site internet[2]. Les éditions passées sont également archivées sur leur site.

Eme3: Barcelone Projets urbains
3. Collectif Arquitectura expandida, Viv(id)ero, 2011

Arquitectura Expandida (AXP); l’intervention urbaine, l’aménagement d’espace public et communautaire en Colombie.

par Myriam Barriault-Fortin[1].

Le collectif est composé de trois membres fondateurs: Felipe González, architecte colombien, Harold Guyaux, architecte belge, Ana López Ortego, architecte espagnole qui travaille également en gestion culturelle, et Marina Tejedor, membre du collectif depuis un an et demi, qui travaille dans le domaine de la gestion culturelle en Espagne. Ces membres forment le noyau du collectif où s’ajoutent les contributions individuelles selon les projets. Arquitectura Expandida se définit comme étant un collectif nomade, travaillant en réseau, qui participe à générer des lieux de rencontre, et finalement, comme un microlaboratoire de spéculation culturelle. L’utilisation du mot spéculation signifie pour les membres du collectif un questionnement ponctuel technique ou théorique selon le contexte où s’inscrivent les interventions. Les projets ou les actions culturelles doivent, autant que possible, créer des ponts entre les créateurs du projet et les gens évoluant près des lieux des interventions[2]. En premier lieu, nous aborderons les intentions du collectif dans leurs interventions urbaines. Ensuite, nous aborderons quatre interventions dans la ville de Bogotá. En conclusion, nous analyserons brièvement leur réception et nous reviendrons sur les problématiques touchant ce colloque, c’est à dire, l’engagement social de l’artiste auprès du citoyen et dans la collectivité, ainsi que la capacité des interventions urbaines à créer des liens et la possibilité d’activer un espace public.

Activités de recherche